April Story

Titre original : Shigatsu Monogatari

Origine : Japon

Année : 1998

Genre : Romance

Note : 7/10

Réalisateur :

 Casting :

Liens : IMDB


Avis :


Uzuki Nireno (Takako Matsu) vient de quitter sa ville natale Hokaido pour venir étudier à Musashino, une prestigieuse université de Tokyo. Très réservée, elle a du mal à s'intégrer et à s'adapter à cette nouvelle vie. Elle parviendra malgré tout à se faire une amie qui la poussera à rejoindre le club de pêche. Mais si Uzuki a travaillé dur pour pouvoir intégrer cette université de Tokyo, c'est pour retrouver une personne chère à son coeur...



Il y a des signes qui ne trompent pas. Un format tirant plus vers le moyen que le long métrage, des plans magnifiques sur des cerisiers en fleurs imprégnant l'image d'une pluie de pétales, une jeune fille timide et rêveuse, un peu destabilisée par cette nouvelle vie qui s'offre à elle... aucun doute, on a affaire là à un film de Shunji Iwai ou je ne m'y connais pas !
Après le monumental Swallowtail Butterfly et avant le déchirant All About Lily Chou-Chou, April Story signe le retour de Shunji Iwai vers le format qui l'a vu naître et s'épanouir, le moyen métrage. Format idéal pour le réalisateur qui lui permet de raconter une histoire simple tout en mettant le paquet sur son pouvoir onirique sans lasser le spectateur.

Il signe ici une histoire d'amour très discrète et légère comme le vent, timide et généreuse à la fois, à l'image de son héroïne jouée par une Takako Matsu brillante. Et même plus que ça, elle fait preuve d'une telle justesse et d'un tel naturel qu'on se demanderait presque si le rôle n'a pas été écrit pour elle. C'est donc pas demain la veille qu'un acteur portera préjudice à un film d'Iwai.

Vous l'avez compris, Shunji Iwai fait preuve dans tous ses films d'une esthétique à toute épreuve et April Story ne dérogera pas à la règle, avec ses plans de paysages somptueux, que ce soit en campagne ou en milieu urbain. Ces plans d'une beauté magistrale, qui vous donneraient envie de tout plaquer et de prendre le premier avion à destination du Japon.


En avril, ne te découvre pas d'idylle.


Au final, le film n'est plus ni moins que l'épanouissement d'une adolescente vers l'âge adulte. Le plan où Uzuki, sous une pluie battante, tenant son parapluie rouge à moitié cassé, sourit à Yamazaki en est l'apothéose. En l'espace d'un instant, la jeune fille est devenue une femme. La chrysalide s'est transformée en papillon. Interprétation parfaite, réalisation parfaite, scène parfaite.

L'histoire a beau tenir sur trois lignes, il faudrait un livre entier pour décrire toutes les émotions que l'on ressent en regardant April Story. Ici réside le pouvoir de Shunji Iwai. April Story a cette capacité de nous émouvoir tout en douceur et de ne laisser en nous qu'un sentiment de bien-être.
April Story, un film frais et léger, porté par une actrice habitant son rôle et un réalisateur définitivement exceptionnel.


par ultima le 16 Juin 2007


Images :



1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29







Site optimisé pour Firefox et pas vraiment pour les autres navigateurs.
© 2006-2010 Olaf & ultima, tous droits réservés.
About me

Passez à Firefox ! Passez à Thunderbird ! XHTML 1.1 (à peu près) valide ! CSS valide ! [Valid RSS]