Jade Soturi

Autre titre : Jade Warrior

Origine : Chine,
Finlande


Année : 2006

Genre : Action, fantastique

Note : 6/10

Réalisateur :

 Casting :

Liens : IMDB


Avis :


Kai, petit artisan forgeron du nord de la Finlande, réussit à peine à joindre les deux bouts; sa compagne, Ronja, lassée de le supplier de changer de métier, a fini par le quitter. Mais Berg, un spécialiste des légendes nordiques, va lui donner des raisons de continuer à taper l?enclume. Berg vient en effet de découvrir un artefact qui le désigne comme la réincarnation de Seppo, un forgeron d?origine chinoise dont la mission était de forger le Sampo, une arme censée détruire le Démon Sans Nom. Voyage entre la Chine antique et la Finlande d'aujourd'hui... (synopsis © Cinémasie)

Jade Soturi (ou Jade Warrior) fait partie de ces films dont on se faisait une fausse idée, le genre de films qu'on a vite fait de cataloguer comme une énième vaine tentative d'un film d'arts martiaux brassant des cultures bien différentes, en l'occurrence orientales et occidentales.
C'est pourtant bien le cas de ce Jade Soturi à la base, production sino-finlandaise mélangeant mythologie finnoise et chinoise. En lisant le scénar, on s'attend à voir défiler des personnages sans envergure dans une suite de combats interminables.
Je vous rassure tout de suite, vous ne verrez pas de vikings se prendre pour des moines shaolin. Vous ne verrez même pas beaucoup de combats. Et c'est la première surprise que nous réserve Jade Soturi. Aucune surrenchère inutile, si ce n'est quelques ralentis ou mouvements esthétiques. Rien de bien méchant, rien d'extraordinaire, mais au moins rien de honteux. L'action étant reléguée au second plan, c'est tout naturellement l'intrigue qui attire notre attention. L'histoire est assez confuse, se déroulant sous deux époques différentes mais réserve suffisamment de rebondissements pour ne pas lasser. Jade Soturi arrive à mixer action, romance et fantastique avec une rare originalité. Le film bouffe pourtant à tous les râteliers à ce niveau, mais c'est bizarrement ce qui fait sa force. Car il puise son inspiration d'un peu partout sans jamais en faire trop, sans jamais exagérer.
Autre point qui m'a agréablement surpris : sa partie sonore. Si visuellement le film est assez bien fichu, les musiques donnent une toute autre ampleur à l'univers. Beaucoup de musiques sont à base de voix planantes, à la limite de la méditation transcendantale. L'immersion est garantie.
Enfin, n'oublions pas de parler de la dernière qualité du film : l'interprétation. Le finlandais Tommi Eronen, que je ne connais évidemment pas du tout, s'en sort plutôt très bien et reste crédible lors des scènes d'action. Il est épaulé par la magnifique Zhang Jingchu (Rah le veinard), que je connais déjà plus pour l'avoir vue dans Seven Swords.

Carrément moins prétentieux que bon nombre de films du genre, Jade Soturi a su s'approprier des références de toutes parts pour se forger son propre style. Une très bonne surprise.


par ultima le 02 Mai 2007


Images :



1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56







Site optimisé pour Firefox et pas vraiment pour les autres navigateurs.
© 2006-2010 Olaf & ultima, tous droits réservés.
About me

Passez à Firefox ! Passez à Thunderbird ! XHTML 1.1 (à peu près) valide ! CSS valide ! [Valid RSS]