Hard Candy

Origine : USA

Année : 2006

Genre : Thriller

Note : 7/10

Réalisateur :

 Casting :

Liens : IMDB


Avis :


Hayley et Jeff se sont connus sur Internet. Elle est une très belle adolescente de 14 ans, et lui un séduisant photographe trentenaire. C'est elle qui a suggéré d'aller chez lui pour être plus tranquille, elle qui a voulu qu'il prenne quelques photos, elle qui leur a servi à boire et a commencé à retirer ses vêtements...
Lorsqu'il se réveille, Jeff est ligoté et Hayley retourne tout chez lui. Elle a des questions à lui poser, et elle est décidée à obtenir des réponses. Elle sait qu'elle n'est pas la première adolescente à venir chez Jeff, elle veut découvrir ce qu'est devenue Donna Mauer.
Sur le net, elle a également appris comment on pouvait jouer avec un bistouri, et elle meurt d'envie d'essayer...

Primé au festival de Sitges en 2005 en tant que meilleur film, meilleur scénario et prix du public (bon ok, c'était juste pour faire classe, je sais même pas où c'est, Sitges; je vois juste qu'ils ont du goût puisque dans les années précédentes les meilleurs films ont été Oldboy, Zatoichi, Ring, Cube ou encore Bienvenue à Gattaca), Hard Candy est un thriller coup de poing façon huis clos chargé à l'adrénaline.

Hard Candy parvient à maintenir une tension constante tout le long du film. Au début insidieuse, cette sensation de malaise, cette impression que quelque chose ne tourne pas rond chez les deux protagonistes (applaudissons leur brillante interprétation d'ailleurs, surtout Ellen Page, impressionnante) ne finira pas de grandir en nous, jusqu'à la limite du supportable... Car Hard Candy est un film psychologiquement violent et surtout dérangeant pour de multiples raisons : les sujets houleux qu'il traîte, la pédophilie, la vengeance, de manière totalement décomplexée et vidée de toute morale, la torture infligée par la douce mais vénéneuse Hayley, autant mentale que physique, la confusion et la compassion malsaine que le film procure en nous en nous poussant à désigner l'innocence comme la grande méchante et le monstre comme la victime... d'ailleurs, peut-on vraiment parler d'innocence ?

David Slade pour son premier long métrage n'a pas eu froid aux yeux et c'est ce qui rend Hard Candy si convaincant... à condition que vous teniez le coup.


par ultima le 15 Fvrier 2007


Commentaires

par Qimen le 13 Juin 2008 :


Tout d'abord, une ovation pour Ellen Page, dont la performance est remarquable.
Hard Candy est effectivement un film psychologiquement éprouvant, qui rappelle un peu (mais ce n'est que mon avis) "La Jeune Fille et la Mort" de Polanski. Les positions de dominante/dominé manquent à plusieurs reprises de se renverser, et les personnages en jouent en connaissance de cause.
Les propos que je vais tenir vont peut-être me faire passer pour un monstre, mais tant pis, c'est mon avis.
Je n'ai pas trouvé Hard Candy dérangeant. Au contraire, j'ai ressenti du soulagement, et j'ai même ri à l'humour noir d'Hayley. De la jubilation, aussi, de voir jusqu'où elle va pour faire en sorte que Jeff admette ce qu'il est, de la voir déconstruire tous ses repères d'homme et toutes les représentations habituelles des adolescentes.
La mécanique de l'histoire est impeccable, le rythme soutenu, l'espace parfaitement maîtrisé et exploité (les mouvements de caméra, s'aidant des murs, présentent d'ailleurs le film comme un enchaînement de tableaux).

Quelqu'un m'a dit que Hard Candy ne se voyait pas de la même façon, selon que l'on était un garçon ou une fille. Et je pense aussi que c'est le cas.

Note : 8.5/10


Images :



1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26







Site optimisé pour Firefox et pas vraiment pour les autres navigateurs.
© 2006-2010 Olaf & ultima, tous droits réservés.
About me

Passez à Firefox ! Passez à Thunderbird ! XHTML 1.1 (à peu près) valide ! CSS valide ! [Valid RSS]